Apostrophe 45 : "Orléans lutte (aussi) contre la radicalisation"


Dimanche 27 Décembre 2015

Une enveloppe de 45.900 euros a été votée en novembre pour faire revenir dans le giron de la République les Orléanais tentés par le djihad.


Apostrophe 45 : "Orléans lutte (aussi) contre la radicalisation"
SOCIETE. La délibération a été présentée et adoptée à l’unanimité lors du conseil municipal d’Orléans le 9 novembre dernier, par Florent Montillot, adjoint (UDI) en charge de la prévention et de la réussite éducative, bien avant donc les révélations de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, concernant le projet d’attentat déjoué à Orléans par la Direction générale de la sécurité intérieure. Or, dans cette délibération, l’adjoint au maire d’Orléans propose qu’une subvention de 45.900 euros, accordée par l’Etat aux collectivités par le biais de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances notamment, soit spécifiquement utilisée localement pour lutter contre la radicalisation des jeunes adultes et pour soutenir les familles dont les enfants empruntent ce chemin potentiellement terroriste.

 « Rompre avec l’emprise sectaire dans laquelle le jeune est enfermé », Florent Montillot

Face à « l’augmentation croissante du nombre de départs vers la zone irako-syrienne et celle, plus large, du nombre de personnes radicalisées », la mairie d’Orléans souhaite donc se servir de cette enveloppe pour travailler dans quatre directions jugées complémentaires. Premier champ d’action, l’accompagnement social et psychologique des jeunes en voie de radicalisation ( 15.800 euros ) afin, selon Florent Montillot « de rompre avec l’emprise sectaire dans laquelle le jeune est enfermé et l’accompagner vers la réinsertion sociale ». Trente adolescents ou jeunes adultes volontaires, tous domiciliés à Orléans, identifiés par la préfecture, pourraient ainsi bénéficier, à l’année, de cet accompagnement. 
 

stop-djihadisme_5195991.jpg
 

Deuxièmement, une somme de 14.400 euros a également été votée pour « soutenir les familles dans cette épreuve en leur donnant des clés de compréhension de la radicalisation et mobilier ces mêmes familles dans le soutien à la sortie de la radicalisation de leur enfant ». Là encore, une trentaine de familles orléanaises dont l’un des enfants est parti faire le djihad ou qui est en voie manifeste de radicalisation, pourraient bénéficier, sous la forme du bénévolat, de ce soutien. 
 

Troisième axe de travail, « l’appréhension globale de la radicalisation », qui, avec une subvention de 5.700 euros, doit permettre d’assurer un suivi individuel de chaque situation et la formation de l’équipe d’intervenant. 
 

« Ce n’est pas parce qu’on porte une barbe et une djellaba que l’on sur la voie de la radicalisation »

Enfin, quatrième volet de cette politique municipale destiné à apporter sa pierre à la lutte contre la radicalisation - doté de 10.000 euros - « le renforcement de la cohésion sociale et de la citoyenneté  (…) et la sensibilisation des acteurs de terrain au processus de radicalisation ». « Il est primordial que les équipes qui doivent intervenir soient très bien formées, il y a tellement d’idées reçues et d’amalgames dans le domaine qu’il est impératif que ceux qui interviennent sachent interpréter les indices qui peuvent mener à la radicalisation. Ce n’est pas parce qu’on porte une barbe et une djellaba que l’on sur la voie de la radicalisation », conclut Florent Montillot. 
 

Difficile, évidemment, de dire qu’elle sera l’efficacité d’une tel dispositif mis en place pour la première fois à Orléans. Mais les réserves sont-elles admises quand une collectivité, échelle de proximité par excellence, utilise quelques outils préventifs pour éviter une radicalisation dont chacun mesure avec effroi et effarement à quel point elle a pu progresser, dans l’ombre et la plus totale confidentialité, dans de nombreux quartiers français. 

FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: "Si l’Europe ne relève pas la tête, elle va mourir !" | #Replay @jclagarde était l’invité ce matin de Caroline Roux sur France…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "Notre parti est ouvert au débat, nous décidons collectivement, chacun peut y défendre ses idées." | #Replay @jclagarde était…
Florent Montillot : RT @UDI_off: Bienvenue à @DumasFrederique, députée du 92, qui est la 1ère à quitter @LREM pour rejoindre l’UDI. Bravo d’avoir le courage de…