Écoles : des effectifs en évolution constante


Mardi 4 Octobre 2016

Florent Montillot avait bien fait ses devoirs de rentrée. À l’occasion du dernier conseil municipal, il est venu présenter les derniers indicateurs orléanais à la suite de la rentrée scolaire en écoles maternelles et primaires.


La rentrée scolaire, c’est déjà du passé. Mais pour les services de la Ville, c’est surtout la fin d’une récolte d’informations qui permet de présenter un bilan, et même de commencer à se projeter sur l’année scolaire à venir. La première information est synthétique et confirme les prévisions. Les effectifs sont en hausse, en maternelles comme en primaires, faisant progresser une courbe qui ne s’est pas infléchie ces dernières années (voir graphique).

Mais cette évolution n’est pas uniforme dans la ville. En maternelle, les secteurs les plus dynamiques se retrouvent à La Source, à l’est d’Orléans et, dans une moindre mesure, dans le centre. Saint-Marceau perd, pour sa part, une quarantaine d’élèves. La situation est plus favorable en écoles élémentaires, avec un très léger fléchissement du centre d’Orléans alors que l’ensemble des autres secteurs est en évolution.

91 % des TAP sont pourvus

Les temps d’activités périscolaires (TAP) continuent évidemment cette année avec toujours une profusion d’ateliers : 460 chaque soir sur l’ensemble des écoles. L’année dernière, les TAP ont concerné 60 % des élèves de maternelles (2 500 enfants) et 70 % des primaires (4 200 enfants). Face à eux, ils ont notamment trouvé des animateurs très divers : des ATSEM en majorité (37,50 %), des vacataires également (30,6 %), mais aussi des associations ou des auto-entrepreneurs (16,1 %). Ce panel se complète avec les enseignants et les agents de la Ville. Pour cette année, 91 % des postes nécessaires pour assumer ces TAP sont désormais pourvus.
 
« 460 ateliers dans les TAP chaque soir »

S’il y a un autre sujet sur lequel Florent Montillot est intarissable, c’est bien sûr le volet réussite éducative. Une politique portée par la Ville qui s’appuie sur un dispositif de la Loi de Cohésion Sociale (janvier 2005), qui permet d’identifier en amont des situations de potentielles ruptures en écoles primaires, mais également par le biais de partenariats avec les collèges.

Rupture, décrochage, repérage des signes avant-coureurs : c’est le rôle des cellules de veille éducative. « Un travail collégial qui repose sur le croisement des logiques institutionnelles et professionnelles, explique Florent Montillot. Elle s’appuie sur les compétences des différents partenaires de l’action éducative : parents, enseignants, mais aussi associations et élus en les mettant en réseau, sans confusion des responsabilités et des rôles de chacun. »

En 2016, 535 familles et 622 enfants ont été suivis. Tutorat, soutien éducatif personnalisé, prise en charge psy, sophrologue, alphabétisation pour les parents ou même sorties culturelles familiales : le panel des actions menées était large, et répondait ainsi à la diversité des situations. Et Florent Montillot d’annoncer le bilan pour l’année scolaire écoulée : « les sorties positives représentent 85 % des parcours finis ».
 

Philippe Hadef - La Tribune Hebdo Orléans
 


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: #Replay "L'Europe est notre seul instrument pour retrouver de véritables souverainetés !" @jclagarde était ce matin l’invité d…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "La question de l'égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené sans relâche." @JLBorloo a re…
Florent Montillot : RT @pdavy: Signature de protocole de partenariat pour les jeunes suivis par le service éducatif de prévention d'Orléans #orleans #solidaire…