En séance hier après-midi, les élus ont discuté des orientations budgétaires pour 2017


Mardi 15 Novembre 2016

La République du Centre / trois règles d'or : « ne pas augmenter les impôts », « maîtriser les dépenses de fonctionnement » et « maintenir un niveau d'investissement soutenu ».


Quelles seront les grandes lignes du budget de la ville pour 2017 ? La culture sera particulièrement soutenue.

Chaque année, c'est un exercice obligé. Le débat d'orientations budgétaires permet aux élus de discuter des grands axes qui guideront le budget de l'année à suivre. Ces derniers ont été présentés, hier, en séance du conseil municipal. Ils reposent essentiellement sur trois règles d'or : « ne pas augmenter les impôts », « maîtriser les dépenses de fonctionnement » et « maintenir un niveau d'investissement soutenu ». Ainsi, 51 millions d'euros d'investissement seront dégagés l'an prochain. Autre enseignement : le budget 2017 mettra notamment l'accent sur la culture, avec une enveloppe de 600.000 euros supplémentaires.

Inquiétude concernant le CCAS

Des orientations très générales et répétées d'année en année, qui ont un peu laissé sur leur faim Corinne Leveleux-Teixeira et Michel Ricoud. « Tout ça pour faire quoi ? », a questionné la chef de file du groupe PS, déplorant un contenu « de plus en plus évanescent ». « Y a-t-il des projets pour la piscine découverte de La Source, pour l'ancienne crèche Lavoisier, pour le collège de la Bolière ? », a énuméré Michel Ricoud (Front de gauche).

Et Corinne Leveleux-Teixeira de pointer le stationnement payant, « qui peut être vécu comme un prélèvement de fiscalité indirecte », ainsi que la perte de « 98 équivalents temps plein » au sein des services. « Ce sont des efforts consentis par les contribuables et les agents. Et cela correspond à une orientation politique qui n'est pas forcément assumée », analyse-t-elle.

Revenant à des éléments plus comptables, Marie-Emmanuelle Matet de Ruffray (PS), de son côté, a fait part de son inquiétude concernant la santé financière de certains organismes liés à la mairie.

« Le CCAS présente une très forte dégradation de son résultat d'exploitation. Nous déplorons qu'on ait baissé ses ressources pour des questions gestionnaires alors que les besoins sont là », a-t-elle regretté, appliquant la même démonstration au Relais orléanais et à Orléans emploi insertion.

En réponse, les élus de la majorité, chacun dans son domaine, sont montés au créneau. « Le CCAS ne connaît aucune difficulté financière et n'en connaîtra pas ! La Ville ne laissera jamais tomber son CCAS ! », a rétorqué Alexandrine Leclerc (UDI), l'adjointe au social.

Nathalie Kerrien (UDI, adjointe à la culture) a défendu « l'accent très fort mis sur la culture, à travers la culture pour tous, l'aide à la création, etc. »

Concernant le stationnement payant, c'est Florent Montillot (UDI, adjoint à l'éducation), qui s'est chargé de rappeler qu'« historiquement, Orléans était l'une des villes qui possédait le moins de places payantes ».

Quant à Michel Martin, il a reconnu des baisses d'effectifs parmi les agents. « Mais les Orléanais attendent que la ville soit bien gérée. J'attends qu'ils soient juges. »
Marion Bonnet

FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: #Replay "L'Europe est notre seul instrument pour retrouver de véritables souverainetés !" @jclagarde était ce matin l’invité d…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "La question de l'égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené sans relâche." @JLBorloo a re…
Florent Montillot : RT @pdavy: Signature de protocole de partenariat pour les jeunes suivis par le service éducatif de prévention d'Orléans #orleans #solidaire…