L'HEBDO Interview : Florent Montillot “capitaine” de l’UDI Loiret


Jeudi 24 Janvier 2013


L'HEBDO Interview : Florent Montillot “capitaine” de l’UDI Loiret
L’HebdO : Votre parcours politique est émaillé de changement de bannières. Opportunisme ou déception de vos précédentes collaborations ?
Florent Montillot : Dès mon engagement en politique au début des an- nées 80, j’ai adhéré à l’UDF, mou- vement auquel je suis resté attaché pendant 20 ans (l’équivalent d’une génération) de 1980 jusqu’en 1999. J’ai été pendant 20 ans président départemental des Adhérents de l’UDF des Hauts-de-Seine et l’un des responsables nationaux de l’UDF. J’ai démissionné de ce mouvement en 1999, lors de l’arrivée de François Bayrou à sa présidence qui a entraîné l’implosion du mouvement. Tout comme la moitié des cadres et élus de l’UDF, je suis entré à l’UMP lors de sa création en 2002. Malheureusement j’ai été déçu par le déficit de démocratie interne au sein de l’UMP, qui s’est confirmé lors des législatives de 2007. À la demande de Maurice Leroy, président du Conseil général du Loir-et-Cher, j’ai accepté d’intégrer le Nouveau Centre en 2009, mais en déclarant immédiatement que mon seul objectif consistait à refonder un grand parti politique de Centre Droit, comme l’avait incarné l’UDF. C’est pourquoi j’ai soutenu, dès l’origine, la démarche de rassemblement de Jean-Louis Borloo en participant à ses côtés à la fondation de l’UDI.
L’HebdO : Votre décision de vous éloigner de l’UMP et de vous investir pleinement à l’émergence de l’UDI est-elle en partie due à l’épisode des investitures aux législatives ? Prenez vous date pour les prochaines échéances législatives ?
Florent Montillot : Je suis entré en politique comme on entre en religion, pour servir ! Je vais fêter dans quelques semaines, le 6 mars 2013, mes 30 ans de mandat d’élu territorial (tour à tour, conseiller municipal, conseiller général, conseiller régional, vice-président d’agglomération et Maire-adjoint d’Orléans). J’ai également été élu député suppléant en 1993 et suppléant de Jean-Pierre Fourcade (ancien ministre des finances) au Sénat de 1995 à 2004. Il n’y a donc rien d’illégitime à ce que j’ambitionne, tout comme d’autres, un mandat national. J’ai la volonté en effet de défendre à l’échelle de notre cher pays les projets que je porte à Orléans depuis 2001 sur la sécurité et la réussite éducative, et qui font de notre capitale régionale la ville phare en France, celle qui a obtenu les meilleurs résultats.
L’hebdO : Pensez vous que vos responsabilités municipales liées à la sécurité créent une image de vous qui puisse vous nuire ?
Florent Montillot : Depuis 12 ans, je ne ménage ni mon temps ni mes efforts en faveur de la sécu- rité de tous : avec 11 années de baisse consécutive, près de 68 % de baisse depuis 2001 et 44 500 victimes épargnées, je suis passionné par mon mandat, très ému par de nombreux témoignages de drames évités, et très heureux par des résultats aussi encourageants. C’est une tâche harassante, mais aussi exaltante, car il s’agit de protéger des vies humaines. Mais en même temps, j’accomplis une mission tout aussi passionnante en faveur de la prévention et de la réussite éducative des enfants.
Les résultats sont tout aussi importants : Orléans fait, là encore, figure d’exemple, ce qui me vaut aujourd’hui d’agir au niveau national, au sein du Conseil National des Villes, comme co-président de l’Association Nationale des Villes des Clubs coup de pouce clé (que j’ai créée avec Gaëtan Gorce, sénateur-maire socialiste de la Nièvre) et vice-président du Réseau National des Villes de la Médiation sociale.
L’hebdO : Comment vivez-vous le couac avec l’absence de deux cadres majeurs au moment de la présentation de l’UDI du Loiret ? Et allez vous initier une rencontre prochaine ?
Florent Montillot : Je suis passionné par la construction de l’UDI, tant sur le plan national en tant que Secrétaire général adjoint, que sur le plan départemental en tant que coordinateur provisoire. Comme je l’ai rappelé vendredi dernier, parmi les 11 membres de notre équipe de coordination, je suis un acteur comme les autres, avec simplement, en plus, le brassard de capitaine. Neuf de ces onze « joueurs » ont décidé de travailler de façon collective. Deux autres ont fait un autre choix en adoptant un jeu « personnel ».
Les ambitions personnelles sont évidemment légitimes. Ils revendiquaient tous les deux le fait de pouvoir assurer le rôle de coordinateur dé- partemental, mais la coordination en a décidé autrement. Nous leur avons rappelé à plusieurs reprises que l’UDI n’est pas une confédération de partis, mais un mouvement politique de plein exercice et que les décisions de ses ins- tances dirigeantes s’imposent à tous.
Face à un gouvernement de gauche impuissant, à une crise économique sans précédent, à un chômage exponentiel et au terrorisme international, les Français ont plus que jamais besoin d’une UDI en marche ! Il n’existe dans le Loiret, comme dans tous les autres départements, qu’une seule fédération UDI et qu’une seule coordination.
L’HebdO : L’UDI est, pour vous, une alterna- tive possible au PS. L’image de M. Borloo n’est elle pas rédhibitoire pour espérer s’imposer au
plus haut niveau de l’État ?
Florent Montillot : Au-delà de ces petites péripéties qui n’intéressent que le microcosme poli- tico-médiatique, j’ai la chance de travailler au quotidien aux côtés de Jean-Louis Borloo, personnalité tout à fait exceptionnelle et exigeante. Jean-Louis Borloo est l’homme du rassemblement, de la vision, de l’innovation et de la mo- dernité : c’est-à-dire ce dont la France a besoin. Son bilan parle pour lui : il a réussi à rassembler les chapelles du Centre et de la Droite indépen- dante au sein de l’UDI, là où tout le monde avait échoué avant lui. Dans le Valenciennois, territoire dévasté par un chômage endémique, il a renversé la situation en réindustrialisant cette région du Nord de la France. Il a révolutionné la politique de la ville en lançant la plus grande opération de rénovation urbaine jamais réalisée en France (avec l’ANRU) et le plan de cohésion sociale. Il a été le fer de lance de la révolution du développement durable en étant à l’initiative du « Grenelle de l’Environnement », qui est aujourd’hui la référence.
À ses côtés, nous avons l’ambition de faire de l’UDI la première force politique en France dès 2014, notamment à l’occasion des élections européennes, car nous incarnons un message très fort avec « la France pour Patrie, l’Europe pour Frontières, et le Monde pour Horizon ».
L’HebdO : Au niveau local, quelles sont vos cibles pour les municipales de 2014 et votre stratégie pour Orléans ?
Florent Montillot : Sur le plan départemental, l’UDI prendra toute sa part pour la reconquête des municipales en 2014. Nous avons non seulement pour vocation de multiplier des adhésions de militants, mais aussi de détecter les talents et de former les futurs élus municipaux.
Nous avons pour objectif d’emporter les élections dans les communes dirigées par la gauche, comme à Châteauneuf, La Chapelle-St- Mesmin, Pithiviers, Ingré, Chécy ou encore St- Jean-de-Braye...
Sur Orléans, notre ambition consiste à permettre à l’actuelle majorité municipale de poursuivre sa mission en faveur des Orléanaises et des Orléanais dans un partenariat intelligent et équilibré entre l’UDI, l’UMP et les élus indépendants qui composent cette majorité. L’UDI pèsera également sur la construction d’un projet qui réponde aux besoins des habitants et au rayonnement de notre ville.
FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : Conseil National de l'UDI sur l'Europe. Je suis intervenu, en tant que Délégué National, pour présenter les prochai… https://t.co/HBew449xHW
Florent Montillot : RT @UDIjeunes: 🇪🇺 Les jeunes continuent d’animer les tables rondes ➡️ Quelles réponses aux défis environnementaux, agricoles et énergétique…
Florent Montillot : RT @stephaneSALINI: 🗓 Save the date ❗️ 👉🏻 Du vendredi 7 septembre au Dimanche 9 septembre 2018. 🔹 Présentation des « Universités d’été de B…