La République du Centre : "Blossières. Un local pour les jeunes ?"


Lundi 2 Mars 2015

L'idée revient de temps à autre. Pourquoi ne pas rouvrir un local pour les jeunes aux Blossières ? La réponse sans appel du maire adjoint chargé de l'éducation, Florent Montillot (UDI)


 
Les médiateurs, surnommés les gilets verts. - archives

Les médiateurs, surnommés les gilets verts. - archives

L’idée revient de temps à autre. Pourquoi ne pas rouvrir un local pour les jeunes aux Blossières ? La réponse sans appel du maire adjoint chargé de l’éducation, Florent Montillot (UDI).
Il fut un temps où, dans le quartier des Blossières, existait un lieu entièrement dédié aux jeunes.
Un local qui n'a pas toujours fait l'unanimité, mais que certains acteurs du quartier aimeraient voir renaître. Comme Diamantino. Gardien d'un immeuble de 180 logements, rue du Capitaine-de-Boissieu, il peste régulièrement contre ses jeunes qui « squattent les cages d'escalier parce qu'ils n'ont plus d'endroit où aller. » L'homme ne leur cherche pas d'excuses, il constate simplement.
« Ça ne sert à rien ! » Le militant Front de gauche Jean-Pierre Perrin regrette aussi ce lieu, et les éducateurs qui allaient avec. « Les jeunes au-dessus de 16 ans n'ont rien ! Il faudrait un local, avec de vrais éducateurs de rue. Les gilets verts sont sympas, ils rendent des services, mais ce ne sont pas de vrais éducateurs. Il faut une véritable équipe, qui discute, met en confiance et oriente les jeunes. »
Les gilets verts ? « Des médiateurs, pas des éducateurs », précise-t-on du côté de la ville. « Ils sont cinq aux Blossières, ajoute Say Sirisouk, responsable du Pôle prévention réussite à Orléans. Et il y a deux vrais éducateurs, qui couvrent le secteur Argonne-Blossières. C'est à eux que les médiateurs font remonter les informations du terrain, sur les jeunes en situation d'errance ».
Un local dédié aiderait-il alors ce petit monde ? « C'est un concept du passé et dépassé », assène Florent Montillot. Le maire adjoint (UDI) chargé de l'éducation, de la prévention et de la réussite éducative, ne croit plus du tout en ce schéma-là.
« On a fermé ce local de 100 m ² il y a 8 ou 9 ans. C'était un endroit qui servait de fumoir, où les jeunes buvaient de l'alcool… Aucun intérêt ! » Lui loue le système mis en place depuis plusieurs années par la majorité.
D'un côté, les activités de loisirs proposées par l'Aselqo, qui se sert des infrastructures existantes dans le secteur (gymnase, dojo, etc.). De l'autre, les activités liées à l'insertion professionnelle, pilotées par la Maison de la réussite du quartier : formations, stages qualifiants, etc.
Et l'élu de mettre en avant le nombre de passages annuels dans la Maison de la Réussite des Blossières. « En gros, entre 1.000 et 2.000, qu'il s'agisse d'enfants avec parents ou d'ados. »
Qu'on se le dise, donc. Il n'y aura pas de nouveau local « pour les jeunes » aux Blossières. Quand bien même certains sont toujours dehors. « Alors on va les parquer ?, s'agace Florent Montillot. On n'est plus dans "l'occupationnel", c'est révolu. Les orienter, c'est ça, la bonne méthode ».
Florent Buisson

FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: Félicitations à notre porte-parole @MauriceLeroy, élu à l’instant Vice-président de l’Assemblée nationale ! https://t.co/GUNlv…
Florent Montillot : RT @olivier_carre: Construction de la maternelle M. de la Founière, rénovations de salles et de cours, isolation... A #Orleans, 25 écoles s…
Florent Montillot : Conseil National de l'UDI sur l'Europe. Je suis intervenu, en tant que Délégué National, pour présenter les prochai… https://t.co/HBew449xHW