La République du Centre : "Cantine. Une méthode choc contre le gâchis"


Jeudi 19 Février 2015

À la rentrée des vacances d’hiver, la nourriture jetée dans les cantines sera pesée. L’expérimentation, menée dans trois écoles, a pour but de provoquer une « prise de conscience ».


Pain, yaourts, parts de fromage, légumes, riz, pommes de terre : chaque jour, beaucoup trop d'aliments sont jetés dans les cantines orléanaises. Ce constat, Florent Montillot (UDI), l'adjoint à l'éducation, le fait en allant régulièrement déjeuner dans les écoles.
« Je m'aperçois que, parfois, juste parce que c'est du poisson, les enfants ne vont même pas y toucher. Ou, parfois, ils vont prendre des aliments en pensant qu'ils vont les manger et puis, en fait, non. Et, au final, tout cela est jeté à la poubelle », observe Florent Montillot.
Qu'on se le dise d'emblée : pour lui, le problème ne réside ni dans la qualité des aliments proposés, ni dans la taille des portions.
Face à ce gâchis, la mairie a décidé de mettre en place une mesure choc. À partir du lundi 9 mars, tous les restes laissés dans les assiettes seront pesés, dans trois restaurants scolaires : celui de Gutenberg, à l'Argonne, de Ducerceau, en centre-ville, et de Maxime-Perrard, à Saint-Marceau. Ces trois écoles ont été choisies non pas parce que le gaspillage y serait plus important qu'ailleurs, mais parce qu'elles sont toutes dotées de selfs.
Les résultats affichés C'est le délégataire de la ville en matière de fourniture de repas, la Sogeres, qui effectuera cette pesée quotidienne. Les résultats seront affichés et commentés chaque semaine dans les cantines.
 
La méthode n'est-elle pas un peu forte ? Florent Montillot ne le pense pas. Il met en avant « une action concrète, à vocation pédagogique ».
L'élu veut susciter une « prise de conscience », à deux niveaux. « Il faut que les petits Orléanais se rendent compte de la valeur des aliments. Il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde, fait-il valoir. Je veux également qu'ils comprennent qu'un repas, ça s'équilibre, qu'on aime ou qu'on n'aime pas. Un enfant a besoin, chaque jour, d'un laitage, de protéines, de fibres, etc. On ne peut pas manger que du sucré ! »
Tout passe par l'« éducation au goût », selon Florent Montillot, qui aime à rappeler cette statistique, émanant de diététiciens : « Il faut goûter onze fois un plat avant de l'apprécier. »
L'expérience pourrait être généralisée Mais l'adjoint ne compte pas s'arrêter aux écoliers. L'idée, par ces pesées, est aussi d'« impliquer les adultes » : personnels d'encadrement et, surtout, parents. « Je voudrais que les enfants deviennent prescripteurs, sur tous ces sujets de nutrition, chez eux. »
La mairie se donne jusqu'à juin pour faire le bilan de l'opération. S'il s'avère concluant, s'il s'avère que les quantités de déchets jetés ont diminué, celle-ci sera généralisée à toutes les écoles en septembre.
Marion Bonnet
FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: #Replay "L'Europe est notre seul instrument pour retrouver de véritables souverainetés !" @jclagarde était ce matin l’invité d…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "La question de l'égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené sans relâche." @JLBorloo a re…
Florent Montillot : RT @pdavy: Signature de protocole de partenariat pour les jeunes suivis par le service éducatif de prévention d'Orléans #orleans #solidaire…