La République du Centre : Florent Montillot a joué un rôle majeur dans la création de l'UDI


Dimanche 11 Novembre 2012


La République du Centre
La République du Centre
L’UDI de Jean-Louis Borloo, a réussi son entrée sur la scène politique nationale. Avec un secrétaire général-adjoint orléanais, Florent Montillot, maire-adjoint et largement investi dans sa création. Qui rêve déjà de surfer sur la courbe de croissance exponentielle de son nouveau parti.
 
«La Toussaint, ça a été mon premier jour de repos depuis le 23 août. » Florent Montillot est un homme occupé. Quasiment un agenda de ministre, pour le maire-adjoint chargé de la tranquillité publique d'Orléans. Et il aime, chaque fois, en livrer les grandes lignes à ses interlocuteurs.
Avec ce souhait, vissé à la conviction, de compter, peser sur le débat politique. Et pas que dans la cité. « Père fondateur » de l'UDI (Union des démocrates et indépendants), érigée en grande pompe autour de Jean-Louis Borloo, Florent Montillot se sent pousser des ailes. Bombardé secrétaire général-adjoint du parti, il arbore avec gourmandise ses nouveaux galons. Persuadé d'entrer enfin dans un costume à sa mesure.

Comment est née l'UDI ? J'ai commencé à travailler avec Jean-Louis ( Borloo, ndlr) une semaine après les législatives. C'était la copie blanche. Est-ce qu'on fait une confédération, une fédération, un parti unique ? Nous avons opté pour un grand parti de plein exercice, pas comme l'UDF. Nous voulions un vrai statut fédéral, avec un transfert moral de souveraineté des partis qui rejoignent l'UDI. Pareil sur le plan financier. L'objectif, c'est d'en faire le premier parti de France.

Quel a été votre rôle ? J'ai beaucoup pesé sur l'architecture de ce nouveau mouvement. J'ai été chargé de rédiger les statuts, et je travaille en ce moment sur le règlement intérieur. C'est un grand honneur, et c'est très exaltant.

La mayonnaise prend-elle ? Nous recevons des adhésions tous les jours. C'est la montée en puissance la plus rapide que j'ai connue. Aujourd'hui, avec déjà 65 parlementaires à l'UDI, nous sommes le troisième parti de France. Et je suis convaincu que lors des élections municipales et européennes de 2014, nous serons le premier parti.

Où se situe ce parti, idéologiquement ? C'est beaucoup plus qu'un parti centriste, ou même qu'un rassemblement des centres. C'est central. Avec un élément fondamental : nous sommes LE parti européen, convaincus qu'il faut plus d'Europe, et mieux d'Europe. Nous souhaitons même une Europe fédérale, au niveau politique, de la gouvernance. Pour la défense, la monnaie… Ce qu'on a fait ensemble sur le spatial, on doit le faire sur le reste. Ensuite, il faut laisser à chaque nation le soin d'avoir à gérer sa spécificité, son identité, sa culture.

Jean-Louis Borloo l'a annoncé, l'UDI est amenée à travailler avec la droite. Et pourquoi pas avec la gauche ? Nos fondamentaux ne sont pas liés à la gauche car elle est totalement en retard. C'est la gauche la plus réactionnaire d'Europe ! Pour autant, je reconnais qu'il y a des hommes et des femmes de valeur au sein du PS. Comme Manuel Valls, que je connais très bien, par exemple. Mais il n'est pas question d'alliance, même avec l'UMP. Ce sont les autres partis qui voudront s'allier avec nous.

La République du Centre : Florent Montillot a joué un rôle majeur dans la création de l'UDI

Qui soutenez-vous, Copé ou Fillon ? Fillon est le plus proche, d'un point de vue philosophique, mais il veut un UMP « bunkerisé ». Alors, sans aucun a priori, nous regardons le combat avec gourmandise. Et quelle que soit l'issue, elle sera positive pour l'UDI.

Quel est votre regard sur le rapport Gallois ? On pourrait l'appeler le rapport Borloo. Il a repris beaucoup de choses, comme la TVA sociale, sur laquelle Jean-Louis avait cinq ans d'avance sur les autres. Quoi qu'il en soit c'est un très bon rapport. Il dit des choses que tout le monde savait avant l'élection, et que la gauche a fait semblant de ne pas savoir.

Existe-t-il une ligne de conduite sur ces questions à l'UDI ? Pour tous les débats d'ordre fondamental, le mot d'ordre, c'est la discipline. En revanche, pour tous les sujets sociétaux, chaque individu est libre de ses pensées et de son vote.

Dans ce cas, quelle est votre position sur le mariage homosexuel ? Ma position personnelle, c'est d'abord que l'homophobie est une insulte à l'intelligence. Mais je suis contre le mariage homosexuel. C'est contre l'ordre naturel des choses. Le Pacs ne me dérange pas, chacun a droit à la même protection. Mais pas le mariage, il ne faut pas le galvauder. D'ailleurs, si j'étais à l'assemblée, je défendrai un droit de conscience pour les élus. Comme pour les médecins confrontés à l'avortement.

Et sur le vote des étrangers ? Je suis contre, aussi. Ce n'est pas rendre service aux étrangers. Mais je suis d'accord avec Valls, sur le fait de pouvoir faciliter leur naturalisation. Quand il s'agit de gens intégrés, qui ont l'amour de la France, ils ne doivent pas avoir besoin de CDI ! Et si on veut voter, on demande la nationalité, c'est aussi simple que cela.

Y aura-t-il un groupe UDI au sein du conseil municipal d'Orléans ? Effectivement, l'Alliance centriste et humaniste va prochainement changer d'appellation, et deviendra UDI, probablement lors du prochain conseil municipal. Mais je ne prendrai pas la tête de cette formation. Je préfère laisser à la personne concernée le soin de l'annoncer elle-même.

Matthieu Perrinaud
FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : Conseil National de l'UDI sur l'Europe. Je suis intervenu, en tant que Délégué National, pour présenter les prochai… https://t.co/HBew449xHW
Florent Montillot : RT @UDIjeunes: 🇪🇺 Les jeunes continuent d’animer les tables rondes ➡️ Quelles réponses aux défis environnementaux, agricoles et énergétique…
Florent Montillot : RT @stephaneSALINI: 🗓 Save the date ❗️ 👉🏻 Du vendredi 7 septembre au Dimanche 9 septembre 2018. 🔹 Présentation des « Universités d’été de B…