La République du Centre : "Les chantiers éducatifs, un tremplin vers l'emploi"


Mercredi 2 Décembre 2015

Des jeunes en difficulté, à la recherche d’un avenir professionnel, interviennent sur des chantiers éducatifs pour des missions de peinture, d’espaces verts… Un premier pas vers l’emploi.


La peinture est encore fraîche, le carrelage récemment posé. Ici, fin décembre, la Maison de la réussite du Champ-Chardon ne ressemblera plus à un chantier. Une fierté pour Zakaria. Il s'y est investi plusieurs heures, il y a soigné la plomberie. « Avant, j'avais fait de la peinture dans des immeubles aux Blossières. On est payé au SMIC, mais c'est déjà bien. Ça peut ensuite me permettre de trouver du boulot. Sur un CV, il est toujours important d'avoir ces expériences. »
Une centaine de jeunes en 2016 Les chantiers éducatifs, c'est ça. « Un tremplin vers une formation ou un emploi », synthétise Florent Montillot, maire-adjoint en charge de la réussite éducative. Il rebondit sur les chiffres de 2015 pour s'en convaincre. Cinquante-quatre jeunes, depuis le 1 er janvier, ont été retenus sur l'un des trente-huit projets. 1.415 heures financées par les donneurs d'ordres et la ville d'Orléans.
Certains sont intervenus sur les soirées de l'Été Punch, la démolition du kiosque Mermoz ; d'autres ont effectué des missions de peinture dans le cadre de la préparation de l'Open de tennis ou dans des résidences immobilières. Les bailleurs n'hésitent plus à les solliciter. « Ce sont des jeunes qui vivent sur nos espaces, justifie Pierre et Lumières. Pourquoi aller chercher de la main d'oeuvre ailleurs. » « Nous croyons à ce type d'actions. Elles participent à ce que les jeunes reprennent confiance en eux, assure Jean-Luc Urbaniak, responsable de la cohésion sociale à Vallogis. Cela contribue à changer le regard des personnes extérieures. On montre que l'on a une jeunesse active. »
Elle sera d'ailleurs de plus en présente sur les chantiers éducatifs en 2016 puisque la liste des missions ne cesse de s'étirer. Des peintures à refaire pour les Résidences de l'Orléanais, une signalisation routière à peindre, un partenariat renforcé avec l'Open de tennis d'Orléans. « En 2016, une centaine de jeunes intégreront le dispositif », estime Florent Montillot.
Avec quelles perspectives pour eux ? Cette année, 70 % des jeunes étaient parvenus, ensuite, à intégrer à une formation professionnelle ou à décrocher un emploi.
Nicolas Da Cunha

Fréquentation
Du 1er janvier au 30 octobre 2015, 54 jeunes, dont 51 garçons, ont fréquenté les chantiers éducatifs. 19 viennent de La Source, 18 de l’Argonne, 11 des Blossières, 4 de Saint-Marceau et 2 des autres quartiers orléanais. Quant à la répartition par tranche d’âges, 22 ont entre 16 et 18 ans ; 27, entre 19 et 21 ans ; 5 ont 22 ans et plus.
Accompagnement
Sur les 54 jeunes encadrés cette année, 18 ont trouvé un emploi en sortant du dispositif, 16 ont entamé une formation, 4 ont rejoint l’école de la Deuxième chance ou l’Epide (Établissement pour l’insertion par l’emploi) à Bourges, et 16 sont toujours suivis.
Les chantiers à venir
Le carnet de commandes ne désemplit pas. En 2016, les jeunes interviendront notamment aux Blossières pour de la peinture aux Résidences de l’Orléanais et à Vallogis ; ils rempliront une mission autour des espaces verts pour le bailleur Logem.

FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: Félicitations à notre porte-parole @MauriceLeroy, élu à l’instant Vice-président de l’Assemblée nationale ! https://t.co/GUNlv…
Florent Montillot : RT @olivier_carre: Construction de la maternelle M. de la Founière, rénovations de salles et de cours, isolation... A #Orleans, 25 écoles s…
Florent Montillot : Conseil National de l'UDI sur l'Europe. Je suis intervenu, en tant que Délégué National, pour présenter les prochai… https://t.co/HBew449xHW