La République du Centre : "Prévention. Douze jeunes radicalisés suivis par la Ville d'Orléans"


Mercredi 16 Novembre 2016

En décembre 2015, deux jeunes Orléanais radicalisés projetaient un attentat contre le commissariat d’Orléans. Depuis, selon la ville, plus de 150 agents municipaux ont été formés à la prévention de la radicalisation.


Depuis 2015, la Ville, en lien avec la préfecture, mène des actions de prévention contre la radicalisation islamiste. Certains agents suivent ainsi individuellement douze jeunes Orléanais.

Janvier 2015. L'onde de choc liée aux attentats de Charlie Hebdo parcourt la France et force les pouvoirs publics à se pencher davantage sur les phénomènes de radicalisation. Une volonté renforcée après le 13 novembre 2015. Depuis, si les directives viennent de l'État, via les préfectures, les villes participent aussi. À Orléans, des actions de prévention sont menées depuis un an, surtout en direction des jeunes.

État des lieux


Qu'est-il fait concrètement ? L'axe principal, c'est la formation des agents municipaux . D'abord l'équipe des intervenants de la Ville, au sens large, formés sur trois jours, en séminaire, comme en juin dernier. Les thèmes ? L'étude des différences entre islam et islamisme, des témoignages des familles orléanaises impactées par la radicalisation, les vecteurs sociopolitiques, le rôle des acteurs de terrain, etc.

L'autre volet, plus précis, c'est justement la formation des acteurs de terrain. Trois journées dédiées ont déjà été organisées. Une quatrième est à venir à la fin du mois. Une journée de formation sera aussi organisée le 24 janvier prochain, à destination de 400 enseignants.

Combien de jeunes suivis ? Dans le Loiret, où le nombre de signalements est supérieur à la moyenne nationale (entre 100 et 200), une cellule de suivi a été mise en place en décembre 2014. Des représentants de la mairie en font partie. À Orléans, douze jeunes signalés comme radicalisés sont suivis individuellement, depuis décembre 2015. Un entretien est organisé avec chacun d'entre eux tous les 15 jours, même si la périodicité est variable selon les cas. Un accompagnement pour la recherche de stage ou de formation est aussi mis en place. Par ailleurs, douze familles ont aussi été orientées par la préfecture vers le service prévention de la ville, chapeauté par le maire-adjoint à l'éducation (UDI), Florent Montillot ( lire par ailleurs). Neuf de ces familles sont suivies régulièrement. Un groupe de parole est organisé chaque mois.

Si le nombre de personnes suivies paraît anecdotique, il fait état des cas connus et est proportionnel à la population d'Orléans par rapport à celle du pays entier ( 8.250 personnes ont été signalées comme radicalisées, à l'échelle de la France).

Combien d'agents formés à Orléans ? Selon la Ville, plus de 150 personnels de terrain sont formés sur ces questions. Parmi elles, des animateurs socioculturels, des éducateurs, médiateurs, enseignants, associations des quartiers prioritaires. Sept de ces agents s'occupent du suivi individuel des jeunes et de leurs familles : deux éducateurs spécialisés, deux psychologues, et les trois responsables des Maisons de la réussite (de Blossières, Argonne et La Source), ceux-ci étant chargés des actions de prévention ( rappel des valeurs de la République, etc.)

45.900 euros pour la prévention à Orléans

Avec quel argent ? C'est l'État qui finance les actions menées à Orléans, comme ailleurs, via le fonds interministériel de prévention de la radicalisation. Dans la cité johannique, cela représente 45.900 € par an. Cette somme est utilisée pour la formation des équipes des intervenants, le travail de suivi des familles et des jeunes, la formation des acteurs de terrain et la mise en place des actions de prévention de la radicalisation, indique la municipalité.

Pour quels résultats ? C'est bien entendu difficile à quantifier, encore plus à peine un an après la mise en place de ces actions. Mais selon la ville, deux des douze jeunes suivis sont sortis de la surveillance et considérés comme ne présentant pas de risque de départ ( en Syrie ou ailleurs), trois sont en « bonne voie », trois démarrent le processus et quatre sont encore en « situation critique ».

Florent Buisson

FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: #Replay "L'Europe est notre seul instrument pour retrouver de véritables souverainetés !" @jclagarde était ce matin l’invité d…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "La question de l'égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené sans relâche." @JLBorloo a re…
Florent Montillot : RT @pdavy: Signature de protocole de partenariat pour les jeunes suivis par le service éducatif de prévention d'Orléans #orleans #solidaire…