La République du Centre : Prime aux circuits courts et de proximité


Mardi 5 Septembre 2017

De nouveaux objectifs clairs. « On respecte trois ingrédients fondamentaux, explique Florent Montillot, maire-adjoint chargé de l'éducation à Orléans (UDI). Les circuits courts ou de proximité (avec un seul intermédiaire ou pas d'intermédiaire entre le producteur et le consommateur), la saisonnalité et la mutualisation. On passera ainsi bientôt à 20.000 repas par jour, proposés aux restaurants scolaires, centres de loisirs, au restaurant interadministratif ou pour le portage des repas aux personnes âgées.


La Sogeres reste l’entreprise chargée de la restauration collective à Orléans, mais avec de nouveaux objectifs. On a testé un « échantillon » des repas, hier.
 

Salade d'épeautre, coleslaw, poisson, purée « maison » et cake à la cannelle. Un menu concocté à base de produits cultivés dans un rayon de 150 kilomètres, maximum, autour d'Orléans.
 

Ça bouge, à la rentrée, dans les assiettes des écoliers orléanais. Le déjeuner d'hier coïncidait ainsi avec les premiers repas servis par le délégataire de service public, la Sogeres, après renouvellement de son contrat, au printemps.
 

On a pu goûter à un « échantillon » à l'école Ségelle, dans le quartier gare, à côté des enfants, qui, eux, dévoraient un steak frites. Résultat ? On est loin des mauvais souvenirs de cantine, entre les choux de Bruxelles et le poisson trop cuit. Tant mieux d'ailleurs, car le contrat liant la municipalité à la société court sur 10 ans, et 10 millions d'euros par an.

L'objectif de 20.000 repas\jour
 

Avec de nouveaux objectifs clairs. « On respecte trois ingrédients fondamentaux, explique Florent Montillot, maire-adjoint chargé de l'éducation à Orléans (UDI). Les circuits courts ou de proximité (avec un seul intermédiaire ou pas d'intermédiaire entre le producteur et le consommateur), la saisonnalité et la mutualisation.

On passera ainsi bientôt à 20.000 repas par jour, proposés aux restaurants scolaires, centres de loisirs, au restaurant interadministratif ou pour le portage des repas aux personnes âgées. Sans oublier, et c'est nouveau, 13 collèges loirétains (18 en 2018). Et c'est positif pour le développement durable, car certains repas venaient de Bourges ou Montluçon. »
 

Pour répondre à ces nouveaux besoins, la cuisine centrale sera agrandie de 500 m ² et une légumerie construite, pour éplucher les fruits et légumes sur place. Elle devrait être opérationnelle en janvier.

53 % de « produits loirétains »
 

À ce jour, 53 % des produits sont issus de l'agriculture loirétaine, le reste le sont dans un rayon de 150 kilomètres. Enfin, la Ville indique que les déchets organiques produits (les épluchures) seront acheminés vers une entreprise de méthanisation, à Étampes, dans l'Essonne.
 

Reste une question, qui choisit la composition des repas ? « La Sogeres a sa propre diététicienne mais la ville d'Orléans a aussi la sienne, conclut Florent Montillot. C'est elle qui compose chaque repas, et un comité de suivi se réunit, une fois par mois, pour en parler. »

Florent Buisson



Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: Au programme du bureau national présidé par @jclagarde ce soir : projet européen, réforme constitutionnelle et organisation in…
Florent Montillot : RT @UDI_off: #Replay "L'Europe est notre seul instrument pour retrouver de véritables souverainetés !" @jclagarde était ce matin l’invité d…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "La question de l'égalité et de la mixité est un combat politique et culturel qui doit être mené sans relâche." @JLBorloo a re…