La République du Centre : "mobilisation des acteurs de rue"


Lundi 4 Novembre 2013


La République du Centre : "mobilisation des acteurs de rue"
À partir du 1er janvier, le conseil général ne subventionnera plus les postes d’éducateurs de rue. Dans l’AgglO, les communes qui en bénéficiaient veulent agir.

La décision est tombée en plein coeur de l'été, le 19 juillet. Le conseil général ne financera plus les services de prévention spécialisée dans le département. Les éducateurs de rue pourraient donc bien se retrouver… à la rue, dès le 1er janvier 2014.

La raison avancée : le nombre d'informations préoccupantes (les anciens signalements) est en hausse dans le Loiret. Ce qui tendrait à prouver, selon la majorité départementale (UMP), l'inefficacité de l'action menée par les « éduc' spé ».

Un argument que ne partagent pas tout à fait les élus de Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Fleury et Orléans, les quatre villes de l'AgglO, dans lesquelles interviennent les personnels d'Ipsis Opelia ou de l'Aidaphi (les deux opérateurs de la prévention spécialisée dans le Loiret). Pour ces élus, la présence des éducateurs spécialisés auprès des jeunes doit être maintenue. « Afin que le travail réalisé jusqu'à maintenant ne tombe pas à l'eau. » Et parce que « le chantier est immense », réagit David Thiberge, maire PS de Saint-Jean-de-Braye.

Ce dernier est d'ailleurs à l'initiative d'une réunion, qui s'est tenue le 18 octobre, entre les villes de Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle et Fleury-les-Aubrais. Le but : trouver une solution pour pérenniser le dispositif. Car, une chose est certaine, « seuls, nous n'aurons pas les moyens de compenser le désengagement du conseil général », assure David Thiberge.
« Mutualiser les moyens »

L'une des possibilités envisagées est donc de mutualiser les moyens. Ce qui pourrait se faire à l'échelle de deux, voire trois ou quatre communes, par exemple. « On essaie de voir avec quelles communes il serait pertinent de le faire, mais nous n'en sommes encore qu'au stade de la réflexion, poursuit l'édile. Il n'y a rien de concret. »

« Tout l'enjeu est de mutualiser sans se rajouter des charges et tout en proposant à la population des missions semblables », souligne, pour sa part, Marie-Agnès Linguet (centriste), première adjointe au maire de Fleury, qui récuse toute volonté de « démarche politique ou partisane ».

Mais cette « mutualisation des moyens » pourrait aussi voir le jour à l'échelon au-dessus : la communauté d'agglomération. Telle est la position défendue par Saint-Jean-de-la-Ruelle. « À ce stade, si nous nous regroupons, avec Fleury et Saint-Jean-de-Braye par exemple, on ne pourrait pas avoir des effectifs suffisants, estime Marceau Villaret (PS), adjoint stéoruellan délégué à la jeunesse, à l'égalité des chances et à l'insertion. Notre position, c'est peut-être que la prévention spécialisée soit traitée au niveau de l'AgglO ».

Un nouveau tour de table doit être organisé entre les trois communes, avant fin 2013.
Négociations 
avec le conseil général

De son côté, Orléans avance aussi, dans ce dossier. Plutôt que de se rapprocher d'autres villes, la municipalité UMP négocie, en coulisses, avec le conseil général. « Notre but, c'est de continuer à faire travailler les éducateurs spécialisés d'Opelia ( la ville était jusqu'à maintenant liée à la structure par une délégation de service public, ndlr) sur le territoire […] Face à l'urgence, dans un premier temps, nous pourrions reprendre les éducateurs sous le statut de contractuels », détaille Florent Montillot (UDI), adjoint orléanais chargé de la prévention.

L'élu travaille actuellement à « modéliser un plan d'action, d'organisation et de financement » des services de prévention à destination des jeunes, dans la cité johannique. Un plan qui collerait parfaitement aux nouveaux objectifs affichés par le conseil général, de recentrer les actions de prévention et d'accompagnement en direction des collégiens (plan Mod'J), et que pourrait, à ce titre, financer la collectivité départementale. En tout cas, c'est bien l'objet des tractations menées. Voilà de quoi, peut-être, donner des idées, et des arguments, à Saint-Jean-de-Braye, Saint-Jean-de-la-Ruelle et Fleury.

Marion Bonnet


FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Secrétaire Général adjoint de l'UDI
Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @UDI_off: "Si l’Europe ne relève pas la tête, elle va mourir !" | #Replay @jclagarde était l’invité ce matin de Caroline Roux sur France…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "Notre parti est ouvert au débat, nous décidons collectivement, chacun peut y défendre ses idées." | #Replay @jclagarde était…
Florent Montillot : RT @UDI_off: Bienvenue à @DumasFrederique, députée du 92, qui est la 1ère à quitter @LREM pour rejoindre l’UDI. Bravo d’avoir le courage de…