Orléans : vers un retour à la semaine de quatre jours à l’école


Dimanche 28 Janvier 2018

Magcentre.fr / Rythmes scolaires : Florent Montillot s'explique.


Orléans : vers un retour à la semaine de quatre jours à l’école
En concertation depuis le dernier trimestre 2017, la Ville d’Orléans avec les principaux acteurs de la vie scolaire des écoles maternelles et élémentaires (personnels de direction, parents d’élèves élus, agents des écoles, fédération des parents d’élèves, animateurs et associations), s’apprête à rebasculer sur une semaine de quatre jours d’école. Les villes ont le choix, depuis un décret paru au Journal officiel du 28 juin, de rester à 4,5 jours (réforme Peillon, 2013) ou de revenir à la situation antérieure soit 4 jours. Ce projet est actuellement soumis aux conseils des écoles jusqu’à mi-février, avant validation par la direction académique.
Actuellement, les enfants des écoles maternelles et primaires ont quatre jours et demi de temps scolaire. Une situation qui pourrait changer à la rentrée 2018, pour revenir aux quatre jours par semaine. « La concertation a démarrée en juillet », explique Florent Montillot, maire adjoint délégué aux questions d’éducation et de jeunesse à Orléans. Ce qui est constaté, en faisant le bilan de la réforme Peillon dont c’est la quatrième année d’exercice, c’est « une fatigue des enfants à l’école, de la maternelle jusqu’en CP-CE1. Un enfant de 3 ans qui entre en maternelle n’a pas les mêmes capacités à tenir quatre jours et demi qu’un pré-adolescent de 11 ans en CM2 » explique Florent Montillot. « Cette fatigue des enfants en fin de semaine a été constatée dans tous les conseils d’école » ajoute-t-il encore, corroborant les résultats d’une enquête menée à Blois récemment, qui a elle aussi lancé une concertation sur les rythmes scolaires.
Sur cette question du sommeil des enfants, « le vrai sujet c’est l’éducation des parents ; la parentalité devrait d’ailleurs être grande cause nationale au même titre que la sécurité routière par exemple », tout en reconnaissant que le sujet échappe au milieu éducatif, qui ne peut que constater que des enfants vivent les week-ends sur le même rythme que leurs parents, et reviennent le lundi matin plus fatigués qu’en partant le vendredi.

Les Ateliers ludo-éducatifs regroupés le mercredi matin

Revenir à quatre jours sera-t-elle une solution à ce problème (entre autres) ? « Le rapport sénatorial de 2017 montre qu’il n’y a pas d’éléments pour justifier qu’un rythme est meilleur que l’autre. Et je rappelle que ce système est inégalitaire car 20 % des enfants des écoles privées sont eux restés aux quatre jours. De plus, on constate une grande disparité sur les temps d’activité périscolaires. On peut dire qu’il y en a autant que de collectivités territoriales, en fonction des choix de chacune, des moyens budgétaires pour les mettre en œuvre etc. ».
Trop de temps perdu actuellement avec les temps d’accueil périscolaires : c’est ce qui est constaté à Orléans avec des difficultés de mise en œuvre, de recrutement des animateurs ou des temps de trajets pour se rendre dans des gymnases préjudiciables à leur qualité. Ainsi, dans l’actuelle concertation, il est proposé de les regrouper le mercredi, en lieu et place du temps scolaire, et sur la base du volontariat. Ces ateliers ludo-éducatifs (ALE) se dérouleront pour les enfants des écoles élémentaires de 8h30 à 11h30 en deux ateliers. Ils auront lieu dans les écoles, une sur deux sera disponible par secteur géographique (1). Pour les maternelles, ils auront la possibilité d’aller en centre de loisirs, dont le nombre de places a d’ailleurs été augmenté depuis 2014 passant de 500 à 800 places. Les lundis-mardis-jeudis-vendredis une garderie classique, payante, sera maintenue de 16h30 (fin de la classe) à 18h, ou bien l’aide aux devoirs qui est elle gratuite.
Cette concertation est actuellement en phase terminale de débats dans les conseils d’écoles, « les premiers retours apparaissent très positifs » assure Florent Montillot, avant prise de décision et validation vers la mi-février avec la direction académique.
F.Sabourin.
(1) Une participation financière symbolique sera demandée aux parents pour les ateliers ludo-éducatifs. Elle sera comprise entre 1 euro pour 3 heures, pour les coefficients familiaux les plus bas (soit 0.33 centimes d’euros par heure), et 5 euros pour 3 heures, pour les coefficients familiaux les plus élevés (soit 1.66 euros par heure).
FM


Inscription à la newsletter



Maire Adjoint d'Orléans
à l'éducation, les connaissances,
la prévention et la réussite
éducative

Conseiller régional

Délégué National de l'UDI
aux Universités d'été et de printemps

Secrétaire national de l'UDI en charge de la Sécurité

Président de la fédération UDI du Loiret (45)

Twitter
Facebook

Florent Montillot : RT @GroupeUDC: N’oubliez pas: mobilisez vous jeudi! Merci à @larep_fr d’avoir relayé l’info. Défendons notre bilan, défendons notre territo…
Florent Montillot : RT @GroupeUDC: Pour défendre notre bilan et vous donner des perspectives d'avenir pour notre région, Guillaume PELTIER, pdt du groupe UDC,…
Florent Montillot : RT @UDI_off: "Si l’Europe ne relève pas la tête, elle va mourir !" | #Replay @jclagarde était l’invité ce matin de Caroline Roux sur France…